Qu’est ce que le syndrome sous-acromial ?

L’acromion est une partie de l’omoplate qui se trouve au-dessus de la coiffe des rotateurs. Cette dernière est constituée de l’ensemble des tendons de l’épaule. Ces tendons s’insèrent sur la tête de l’humérus et permettent de bouger l’épaule.

Entre l’acromion et la coiffe, il existe un espace de glissement appelé « bourse sous acromiale ». Cette bourse  permet aux tendons de glisser sous l’acromion sans irritation. Si l’acromion est saillant ce dernier va frotter sur la bourse sous acromiale et entrainer une inflammation de celle-ci. C’est ce que l’on appelle : le syndrome sous acromial ou conflit sous acromial.
L’évolution dans le temps peut s’aggraver et aller d’une irritation des tendons de la coiffe des rotateurs (tendinite) jusqu’à une rupture de la coiffe des rotateurs.

Syndrome sous acromial

comment faire le diagnostic du syndrome sous-acromial ?

4 arguments pour faire le diagnostic

Clinique

Cliniquement, cela se manifeste par des douleurs lors des mouvements de l’épaule, surtout si l’on cherche à lever la main au ciel. Ces douleurs sont très gênantes notamment la nuit et lors des activités physiques.

Radiographie

Une radiographie simple est toujours réalisée afin d’analyser la forme de l’acromion et pour éliminer d’autres problèmes. La radiographie permet d’avoir une vision d’ensemble de l’épaule.

Echographie

L’échographie permet un premier diagnostic mais un examen plus approfondi sera nécessaire par la suite.

IRM

Une IRM donnera des renseignements plus précis sur l’inflammation de la bourse sous acromiale . Elle fera le bilan d’éventuelles lésions associée sur les tendons de l’épaule.

Le traitement du syndrome sous-acromial

Médical

Le traitement est d’abord médical avec des antalgiques, des anti-inflammatoires, de la kinésithérapie et des infiltrations qui permettent de calmer les douleurs des tendons.

Ce traitement est long, 3 à 6 mois de rééducation. Cependant il permet la guérison dans la très grande majorité des cas.

Chirurgical

Si les différents traitements médicaux n’ont pas permis une amélioration suffisante, une intervention chirurgicale peut être envisagée.

Déroulement de l'opération

L’intervention chirurgicale

Il s’agit d’une intervention réalisée sous arthroscopie. On réalise alors une acromioplastie, c’est à dire un lissage de l’acromion afin que celui-ci ne soit plus agressif sur la bourse et les tendons. L’arthroscoscopie permet également de faire le bilan d’éventuelles lésions de l’épaule douloureuse et de les traiter dans le même temps.

L’opération s’effectue en ambulatoire sous anesthésie générale. Afin de diminuer la douleur post-opératoire, elle est complétée d’une anesthésie loco régionale.

Les soins post-opératoires

L’immobilisation de l’épaule est de courte durée. Elle est à visée antalgique. on débutera rapidement une rééducation afin de diminuer les douleurs et récupérer de bonnes mobilités.  Il faudra alors compter au moins 3 mois avant une diminution des douleurs et une reprise des activités.

Acromioplastie
Radio acromioplastie - post-opération

Les risques de l’intervention

  • Les risques de l’anesthésie générale : ils peuvent varier selon vos antécédents, dont vous discuterez avec l’anesthésiste en consultation.
  • Une infection : elle est prévenue par un lavage des mains et une asepsie rigoureuse et stricte ainsi qu’une dose d’antibiothérapie juste avant l’opération. Malgré cela le risque existe, le tabac et le diabète favorisent ce risque d’infection.
  • L’algodystrophie : elle se manifeste par des douleurs et un enraidissement globale de l’épaule avec au maximum une extension de la raideur et des douleurs à la main. Celle-ci est d’évolution longue sur plusieurs mois.
  • Tabac: le tabac augmente significativement le risque de complication. Arrêter de fumer avant puis après l’intervention permet de diminuer ces risques.

PRENDRE RENDEZ-VOUS

Prenez rendez-vous avec l'un de nos chirurgiens de la main